Kamelancien Jessaye Detre Un Mec Bien

Le rappeur originaire du Kremlin-Bicêtre sort en septembre son quatrième album « Le coeur ne ment pas ». Rencontre avec un rappeur qui n’a pas sa langue dans sa poche. Ce qui a pu lui valoir quelques soucis par le passé.

Ton quatrième album s'intitule "Le coeur ne ment pas", pourquoi ce titre ?

Kamelancien: En observant les rappeurs actuels, je me suis aperçu que leurs textes correspondaient rarement à leurs parcours. Dans la vie, on peut faire illusion mais le cœur, lui, ne ment pas.

Tu as des exemples ?

Je n'ai pas envie de citer d'exemples. Aujourd'hui la plupart des têtes d'affiche du rap jouent aux gangsters, s'inventent un vécu. Mais on sait pertinemment que c'est faux.

Dans "Le charme de la tristesse" (2007) tu annonçais ta retraite artistique ("Bientôt le rap c'est fini, bientôt je m'enfuis") alors que sur ta page Facebook, tu viens d'annoncer ton retour. 

Quand j'ai commencé le rap avec d'autres jeunes de mon quartier en 1993, je me suis dis que ça n'allait pas durer longtemps. J'étais sincère quand je déclarais ça à l'époque, je ne pensais pas que l'aventure allait encore continuer durant plusieurs années.

Tu écoutais quoi comme musique au moment de te lancer dans le rap ?

Beaucoup de variété française: Renaud, Alain Souchon ou Laurent Voulzy sont des artistes que j'affectionne depuis très longtemps. C'est vraiment un style de musique qui me plaisait. J'ai grandi en banlieue et la première musique qu'on nous propose là-bas c'est le hip-hop (rires). J'en suis aussi tombé amoureux lorsque j'ai commencé à écouter ce qui se faisait aux Etats-Unis. J'y ai trouvé beaucoup d'inspiration et je me suis dis que j'allais mixer les deux. Ecrire façon variété et poser façon rap.

C'est le flow, la musicalité qui t'attirait dans le rap américain ?

Exactement, je ne comprenais pas forcément les paroles mais j'étais très attiré par la façon de rapper et les instrumentales américaines. Ils étaient très en avance sur les Français.

Pour la sortie de cet album, tu as expliqué vouloir "ramener un rap qu'on entend presque plus", qu'entends-tu par là?

J'ai dit ça car si tu regards la scène hip-hop actuelle, on ne retrouve plus de thèmes, on n'a plus d'artistes qui nous touchent comme IAM ou NTM, Oxmo Puccino ou la Fonky Family qui ramenaient des thèmes, et des textes sociaux qui nous aidaient à comprendre ce qui se passe en France et à l'intérieur de nos quartiers. C'était une véritable aide, un accompagnement par la musique. Bien plus qu'un divertissement. Aujourd'hui, ça s'est transformé en un message de show business, fait de belles voitures et de pseudos délinquants qui rappent. Je ne trouve pas que ce soit une bonne image pour les jeunes des quartiers.

Tu es toujours proche des jeunes de ton quartier ?

Bien sûr, j'habite toujours mon quartier du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), je n'arrive pas à le quitter. J'y ai toute ma famille, tous mes amis. Comme partout il y a de la délinquance, mais il ne faut pas s'arrêter à cela. Je fais partie de plusieurs associations qui viennent en aide aux jeunes, pour les aider à explorer d'autres horizons.

Ton dernier clip "Précieux", qui fonctionne bien, a été tourné au quartier ?

On l'a lancé sans l'annoncer, en le jetant deux jours avant la sortie officielle sur internet. On voulait prendre la température. Dans ce clip, j'ai voulu mettre en avant les petits de mon quartier. Ce sont "ces choses-là" qui sont précieuses à mes yeux. Voir des enfants rigoler et s'amuser plutôt que de faire un clip où tu me verras au volant d'un Bentley. C'était ce que je voulais.

Tu as aussi dit que la discrimination dont tu as été victime venait de ta pratique religieuse. 

Quand je vois certains commentaires postés sur internet me concernant, je me rends compte que beaucoup de gens m'insultent par rapport à certaines positions que j'ai pu prendre comme sur la Palestine lors des manifestations pro-Gaza et les soucis qui s'en sont suivis avec la Ligue de défense juive (LDJ) notamment. J'ai été largement insulté, même par des personnes qui se réclament de ma communauté. Beaucoup de gens pensent représenter l'islam alors qu'ils n'en sont que l'ennemi. Ce sont ces gens-là, qui m'insultent copieusement, qui sont les vrais ennemis de l'Islam. Ils n'ont rien compris.

Il y a une référence à Nicolas Anelka dans "Précieux" : "Je fais ce que je veux, je dis ce que je veux". Pourquoi te référer à lui ?

J'ai toujours trouvé que c'était un type intéressant car il a toujours dit tout ce qu'il pensait et je pense que ça a beaucoup joué sur sa carrière. Comme ses propos en interviews ou lors de la Coupe du monde, il est dans le franc-parler. Il dit des choses qui vont jouer contre lui, mais il reste sincère.

Tu penses que ton coté "grande gueule" a pu te causer des problèmes ?

Des problèmes apparents, je ne crois pas. En tout cas je ne l'ai pas remarqué. Mais je pense que ça a pu me valoir quelques boycotts.

En tant que vétéran du rap français, tu penses quoi de la nouvelle génération émergente ? Nekfeu par exemple dont les chiffres de vente sont très bons ?

Je n'ai pas encore écouté son album mais tout le monde m'en parle. Je suis content qu'ils vendent. Après cette musique ne me parle pas, je ne m'identifie pas du tout à ce genre d'artistes. C'est un autre rap pour moi, un monde différent. Mais il en faut pour tout le monde et ces gens-là ont mon respect.

A part le rap, tu as d'autres activités ?

J'ai ouvert ma salle de sport au Kremlin-Bicêtre, ça marche très bien. Mon petit frère l'a reprise depuis. Là je suis impliqué à 100 % dans mon rap et mon futur album. Je travaille dessus depuis un an.

Comment se passe la réalisation de ton album ? Tu as des techniques particulières pour écrire ? Et pour les sons ?

J'écris tout le temps, sans forcément écouter de musique. Je gratte beaucoup de textes. Je peux te gratter vingt pages d'un coup. Pas forcément des rimes mais des idées. L'endroit préféré pour écrire reste ma chambre, au calme. Je peux sortir deux ou trois morceaux par jour. Avec des instrus, c'est encore mieux.

Ton album aborde de nombreux thèmes, est-ce une façon pour toi de montrer qu'on peut venir de la banlieue et ne pas être cantonné à un seul style ?

Bien sûr, ce n'est pas parce que je viens d'un quartier comme le mien que je vais m'interdire de faire un morceau sur l'amour, les sentiments ou la société dans laquelle je vis. J'ai fait cet album pour qu'il soit autant accessible à un "mec de Paris" qu'à un "mec de quartier". Je voulais qu'on enlève les cités, etc. J'aurais pu l'appeler "Le coeur du quartier" mais non. Cet album est pour tout le monde. Et ce n'est pas parce que tu viens du XVIe arrondissement que tu ne peux pas parler du "quartier". Tout le monde peut rendre hommage ou donner son point de vue.

Tu as pu en souffrir dans ta jeunesse de cette comparaison ?

Non, je ne me suis pas arrêté à ce genre de discours. Un exemple léger : j'étais un des premiers au collège à écouter de la chanson française. On se foutait de ma gueule. 10 ans plus tard, ces mêmes personnes écoutent Sardou ou Aznavour. C'est peut-être grâce à moi, j'avais une culture musicale très avancée à l'époque. J'étais curieux, j'écoutais plein de trucs différents. Il y a des morceaux de Cabrel que je connais par coeur, aujourd'hui encore !

Lesquels ?

Il y en a plein, Petite Marie de Cabrel, Rive gauche à Paris de Souchon est un morceau qui m'a choqué ! En terme d'écriture et de la façon dont il a posé sur le morceau, c'est incroyable, je suis fan.

Sur ton Floyd Mayweather, tu montres ton soutien à Dieudonné. Pour quelles raisons ?

J'ai toujours été un fan de Dieudonné, avant même qu'il s'attaque à la communauté juive ou israélienne. J'aime son humour et quand j'ai vu qu'il a commencé à être boycotté par des médias, j'ai eu envie de le soutenir. Même si ça va causer des problèmes, même si des gens vont dire "Kamel, va trop loin à le soutenir". Je suis désolé mais tout le monde va trop loin dans l'humour. Lors du dernier festival du Rire à Marrakech, Alban Ivanov a bien fait un sketch sur les musulmans et les barbus, et bien je l'ai pris à la rigolade ! C'est pour rire ! On se pose souvent la question en France, "Peut-on rire de tout ?" Si on ne le peut pas, posez des règles qui conviendront à tous !

Beaucoup estiment aujourd'hui qu'il a dépassé le registre de l'humour pour faire de la politique. Que penses-tu par exemple que son collègue Alain Soral réalise une quenelle au mémorial de la Shoah de Berlin ?

Ca c'est très grave. Un proverbe dit : "Use mais n'abuse pas." On se doit de respecter la foi des autres. Et quand on a commencé à voir ce geste détourné, Dieudonné aurait dû dire quelque chose. Il ne sait pas s'arrêter. Si le message porté par ma musique était détourné par quelqu'un, je le condamnerais. Dieudonné a une fierté surdimensionné.

Tu le connais personnellement ?

Je suis allé à plusieurs de ces spectacles puis j'ai dû arrêter pour des raisons personnelles. Pour ma sécurité notamment.

Sur ta page Facebook, on t'a aussi toute de suite vu réagir aux événements survenus en Isère. Non sans ironie d'ailleurs...

Il y a de l'ironie car je me demande comment une personne comme Yacine Sahli, quand on écoute sa femme en direct sur Europe 1, peut avoir été immédiatement traité comme "un terroriste". J'avais l'impression que les journalistes prenaient un malin plaisir à lui annoncer la nouvelle. Je l'ai ressenti comme ça et je ne suis pas le seul.

Tu as le sentiment que les amalgames frappent davantage la communauté musulmane ?

Je suis quelqu'un de juste. Il ne faut pas oublier que beaucoup de pseudo-musulmans ont donné cette image-là. Il ne faut pas en vouloir directement aux gens. Mais il faut savoir faire la part des choses et discuter avec ce que j'appellerais les "vrais musulmans". La personne inculpée en Isère, si elle se revendique vraiment de Daech ou d'un autre groupe, il faut la différencier absolument de l'Islam. Ca n'a rien à voir avec ma religion.

Les événements du 7 et 9 janvier n'ont pas aidé à changer cette image malheureusement...

C'est encore pire. Les responsables de ces atrocités sont des gens malades. Qui ont probablement rencontré à un moment de leur vie des mauvaises personnes, des idéologues. Et comme par hasard, ces personnes qui endoctrinent les autres, ne vont jamais au clash eux. Pourquoi ?

Tu en as déjà rencontré dans ton quartier ?

J'ai rencontré des gens faciles à endoctriner et des personnes dangereuses, plusieurs. C'est pour ça que dans la plupart des mosquées, il y a des divisions. Mais l'immense majorité des gens ne cautionnent pas ces individus. J'en ai rencontré car j'aime aller vers eux pour leur parler. Ces gens sont malades, ils ont besoin d'être repositionnés dans la société. Je leur conseille de voyager, de s'ouvrir ou d'aller voir un psy. Ils sont H-24 dans leur quartier à regarder BFM TV. Ils parlent avec des gens qui n'ont que la méchanceté dans la bouche, au nom de la vengeance. Mais la vengeance de quoi ? Ils ont besoin d'ouvrir leur esprit, de relire le Coran, car ce n'est pas ça qui nous est enseigné.

Ton rap est engagé. A quand remonte cet engagement ?

Il y a eu un élément déclencheur, c'est l'impact que pouvaient avoir mes morceaux sur la jeunesse. Les gens m'interpellaient dans la rue en me disant : "Ton texte m'a beaucoup aidé." J'ai vu des gens pleurer pour certaines textes ! En rentrant chez moi je me suis dit "merde, j'ai une responsabilité, un rôle très important".

En 2003, tu sors "Rap de Ben Laden"...

Une métaphore oui. C'était une façon de dire : "J'arrive dans le rap comme lui arrive dans le monde"/ C'est à dire en mode : "Je fais parler de moi". Sans jamais cautionner évidemment.

Tu dis dans ce morceau : "Toujours un Glock prêt à te prendre en otage, la rime sort du block"...

C'est du rap métaphorique...

Tu redirais ça aujourd'hui ?

Non jamais, j'ai pris conscience que ça pouvait heurter. Quand on a sorti ça à l'époque, il y avait tout un contexte derrière, c'était de la vantardise. Mais en prenant de l'âge, je n'ai plus envie de justifier et je ne veux pas que mon public prenne mal certaines de mes phrases. C'est comme ce morceau ragga Al Qaeda qui cartonne dans le monde entier, je ne crois pas qu'ils s'en revendiquent ! Et puis, je suis désormais dans une phase de rap égotrip, je n'ai plus besoin de me faire connaître.

Tu as fait partie victimes du hacker Ulcan. Que s'est-il passé ?

L'été dernier, suite à des manifestations en faveur de la Palestine. Comme je l'ai indiqué dans une vidéo d'Islam info, il a vu mes tweets au sujet de cet événement et l'engouement suscité sur internet. Peu de personnalités publiques avaient pris parti à ce moment-là. Il est entré en conflit avec moi, on dialoguait sur Twitter. J'ai reçu beaucoup d'insultes de sa part en messages privés. Moi je ne suis pas rentré dans ce jeu, je n'insulte pas. Il m'a dit : "Je vais te pourrir la vie." C'est ce qui s'est passé, ça a duré quelques jours. Notamment un soir où j'étais chez mes parents, on reçoit un coup de fil en provenance de mon appartement. Sachant que j'étais là et que je vivais seul, j'ai évidemment trouvé ça bizarre. C'est finalement un policier qui me dit que je dois rentrer car on recherche un cadavre chez moi. Sur place, ils ont été très calme. Ils se sont tout de suite rendu compte que c'était un coup monté et ne m'ont pas mis les menottes. La police a été super avec moi, très compréhensive. J'ai quand même dû passer régulièrement au commissariat. Cet harcèlement a duré un mois.

C'est lié à tes soucis avec la LDJ tu penses ?

Il y a eu des tentatives d'intimidation de leur part, des menaces de mort.

Avant ou après ?

Ca avait commencé quelques temps avant les manifestations déjà et ça doit être suite à mes prises de positions sur Twitter concernant Israël. J'ai dit ce que je pensais et c'est là que ça a commencé. Je recevais des centaines de tweets haineux par jour. Ca me faisait peur. J'en reçois encore aujourd'hui.

Tu vis normalement aujourd'hui ? Tu as une protection ?

Jamais non. La police me l'a proposé. Ils ont vu que ce n'était que des prises de positions de ma part, pas de la haine. Je n'ai jamais marché avec des gardes du corps du corps. Quand je vais à Paris, je marche seul. Ce serait leur donner raison. Ce n'est pas une vie que je souhaite. Si des gens me cherchent ils savent où me trouver de toute façon. J'ai ouvert une chicha à Paris, ils le savent. Ils sont venus plusieurs fois devant en scooter pour m'intimider.

Ca se passe comment ?

Ils passent et ils m'insultent. Mes potes veulent se lever mais je leur dis de laisser faire. Ca n'ira pas plus loin. Et ça continue encore, je continue de ressentir la haine dans le regards de certains. Mais pas tous heureusement, j'ai des amis juifs dans mon quartier avec qui je m'entends très bien.

Tu penses que c'est ta présence à cette manifestation qui a engendré tout ça ? Ca paraît parfois disproportionné...

Je pense que ça a aussi fait du buzz par rapport à mon association qui avait rapporté pas mal d'argent pour les Palestiniens. J'avais reçu des messages où l'on me demandait pourquoi je faisais ça, on me disait que j'étais un terroriste comme eux. Et à chaque fois je répondais sur Twitter, en leur disant que je faisais ce que je voulais et que ça ne les regardait pas. J'ai une grande gueule, je ne me laisse pas faire.

Tu as parlé de ça avec des associations ou organisations juives ?

Jamais. je le regrette énormément. Je ne suis pas un homme de télé mais c'est dommage qu'on ne m'ait jamais invité pour en débattre. J'ai des choses à dire. Tout le monde est au courant de bribes de cette histoire mais on ne m'a jamais laissé la chance de m'exprimer.

Derrière cette manifestation, il y a le problème du conflit israélo-palestinien qui divise le rap français. Notamment le conflit qui a éclaté entre Booba et Tariq Ramadan. Tu en penses quoi ?

Je pense que ce conflit a donné une certain directive à un moment dans le rap. Certains ont changé leur façon d'écrire, ça leur tenait à coeur. Je pense ensuite que Tariq Ramadan n'aurait pas dû demander aux artistes de se positionner. Il aurait dû rester à sa place et je pense qu'il a dû le regretter. Booba pareil, il n'aurait pas dû le clasher. Ca ne sert à rien, c'est de la haine pour de la haine. Qu'ils se voient, se parlent, prennent une photo et la publient sur Facebook. On veut la paix, pas de la guerre ou de la vengeance. On veut deux peuples qui arrivent à vivre en harmonie. La haine doit cesser et l'amour du prochain doit prendre le dessus.

Un dernier mot concernant ton album qui sort à la mi-septembre ? 

Ce n'est pas mon dernier album mais c'est sans doute le plus important de ma carrière. Il arrive à un moment donné où je me retrouve à la croisée des chemins. Est-ce que les gens vont encore vouloir de moi ? J'ai envie de relever ce défi.

Il y a de ça un peu moins de 7 mois on vous expliquait qu’il arrivait des moments où le rap français n’avait pas spécialement besoin de gogols comme nous pour être hilarant. Bah ça fait à peu près 7 mois que ce moment dure, grâce au clashico.
Rap Game Maxwell qualité filtre : ce n’est pas la peine d’en rajouter.

Donc on arrive après Wesh morray, Wesh zoulette et la sortie de Futur, et après Paname Boss de La Fouine, mais pas tout de suite.

* lors d’une interview promo pour Ovni, pris d’une fulgurance lyrique, Ikbal (petit frère de Rohff, membre du groupe TLF) lâche son désormais culte « insulte pas les mères, fils de pute » en parlant à Booba (non, Booba était pas là, mais c’est pas le problème). Assis à ses côtés, Alain 2 l’ombre semble s’en battre royalement les couilles.

* Sinik s’exprime rapidement sur le clash booba/rohff en précisant qu’il respecte booba malgré leur histoire passée. Manque de pot le mec de Rapelite n’aura aucune pitié et nommera les vidéos « Sinik – Rohff/Booba Je suis du coté de Rohff, c’est un mec qui a des valeurs » puis « Sinik – J’ai du respect pour Booba et ce qu’il a fait même si on s’est clashés » ce qui, combiné à un sweat capuche rose malencontreux, donnera un résultat final assez accablant. Sachant qu’y’a quelques jours, dans 2 ou 3 interviews différentes, Booba reprenait  Sinik en exemple pour expliquer que quand on le fait chier il éteint les carrières, c’est très sale.

* Morsay clash Booba sur wesh bout d’bois ce qui donnera la naissance à la punchline du mois « bout d’bois, bout d’bois, mon petit bâton » ou encore « t’as signé en major, plutôt en majorette ».

* Julien Lorcy veut organiser un combat de boxe entre Rohff et Booba, se prend un vent de Rohff & un « pourquoi pas » de Booba suivi d’un silence radio. Il traitera donc ce dernier de tapette, avant que Rohff l’appelle « promoteur véreux » à chaque fois qu’on lui pose la question. Bienvenue dans le monde du rap français Juju. Au final faudra se contenter d’un combat entre Kamelancien et un inconnu, avec peut-être Morsay et Ades aussi. Alors oui c’est nul à chier et ça n’a plus aucun rapport avec le début de l’histoire mais « la vie est faite des déceptions, et certaines sont plus grandes que d’autres. » Steve Carell.

* suite au coup de gueule de Booba, La Fouine fait une vidéo assez rigolote où la principale information est la date de sortie de son prochain album.
apparemment le cœur de la brouille c’est La Fouine qui aurait pris les patins de Booba en entrant chez lui quand il lui demandait de lui dépanner du sucre, sans doute qu’après l’autre a dû les chercher partout et ça a pu l’énerver. C’est vrai que sans ça tu peux niquer ton parquet s’il vient d’être ciré.

* on apprend au détour d’un reportage qu’en plus d’être voisins, Lahouni et Elie ont aussi le même avocat. Ça j’espère que c’est faux parce que sinon Maître Lebras doit vraiment prendre des anti-dépresseurs pour mammouth ces derniers temps.

* 1er exploit de cette fascinante saga : une vidéo émerge où on voit l’équipe de La Fouine « s’enjailler » sur Jour de paye de son meilleur ennemi, avec entre autre Fababy qui fait un bras d’honneur en criant « fuck Alpha ». Bingo : Alpha 5.20 (qui ne rappe plus depuis plus de 2 ans) sort de son silence. Fababy n’est pas méchant, il est juste différent, aussi le vrai Boss de Panam se montrera magnanime. On notera qu’aucune réponse de banlieue sale ne fait suite à la phrase-clé de ce sympathique message, dans le plus pur style alpha 5.20ème : « si ça se répète la foudre s’abattra sur vous, vos demeures et vos biens ».

* Dans l’indifférence générale, Guizmo s’acharne à vouloir attirer l’attention de Booba en clamant dès qu’il le peut qu’il est bien plus fort que lui et que s’il dit ça c’est avant tout parce que l’autre lui a refusé un feat sur son précédent projet. La Mauny on my mind and my mind on La Mauny.

* vu qu’il n’y a absolument plus rien à expliquer dans les lyrics des diss, les analyses de rap genius (en gros c’est des maniaques qui se jettent sur les lyrics d’un son dès qu’il est sorti pour te les décortiquer avec la persévérance d’une hyène rieuse de Tanzanie) deviennent de plus en plus folkloriques. RAP GAME GOOGLE IMAGES.

* Y’a eu plein de remix de wesh morray tous plus foireux les uns que les autres mais on va les ignorer pour se pencher sur celui d’un rappeur d’origine bulgare (arrête de rire, merde) qui clame son dégoût d’un certain type de meufs avec classe et élégance.

* Dans l’indifférence générale, MC Jean Gab’1 clash à la fois Booba et Rohff sur un son nommé 69 qui ne fera pas date. 0 réponse du côté des rappeurs visés mais un gars nommé La Voix du Peuple d’origine paki (on fait ce qu’on peut) le clashera à son tour car il n’a pas aimé la rime « t’es pas 2Pac, t’es qu’un pak-pak ». Apu serait fier.

* Des tarés qu’absolument personne a vu venir foutent une merde noire en obtenant les fichiers STIC de pas mal de rappeurs dont nos 3 loustics, prouvant à nouveau qu’en France le 17 est plus proche du gendarme de Saint Tropez que de John McClane. Ce qui est beau dans cette connerie c’est que le site « viol vocal » là, leur irruption dans ce beef était à peu près aussi attendue que les Noëlistes face à Morsay ou Mélanie Laurent dans Inglourious Basterds puisque rappelons que leur chef c’est lui.

* Il avait dit qu’il le ferait pas, donc forcément il le fait (on a l’habitude avec lui) Booba clash La Fouine, Rohff et TLF sur AC Milan en utilisant le STIC de La Fouine qui comporte une agression sexuelle sur mineure. Avant il y avait 2 facettes dans l’image de La Fouine : le vilain gangsta baiseur de meufs et le gentil mélancolique chanteur pour enfants. Désormais on abrège et ça donne juste baiseur d’enfants. Pas top.

* TLF lâche Barça, avec une intro et outro anti Booba, mais rien de mémorable entre les 2, après faut dire aussi qu’Alain 2 l’Ombre a l’air de s’en tamponner le coquillard

* Rohff affirme que de son côté AC Milan est d’ores et déjà « customisé » et que la réponse fera mal. D’ailleurs c’est l’occasion de rappeler qu’à partir du moment où Booba lui répond, on aura affaire au Rohff des grands jours, celui de la vidéo avec la pelle, tout le temps, 24h24, surtout sur facebook. On l’imagine dicter ses messages à Ikbal tout en tirant sur des cibles avec la tête de Booba collé dessus.

* La Fouine répond avec Autopsie 5 où il est apparemment coaché par SwaggMan qui lui-même pompe allègrement les gimmicks d’OJ da Juiceman (les couinements aigus en fin de mesure, pour faire simple) même s’il ne sait probablement pas qui c’est. Le résultat est donc Autopsie 5, qui fera dire à l’infâme Big Paul Castellano « j’ai jamais vu un être humain se vanter d’être proprio avec autant d’homosexualité ».
détail mongol : à la base c’est le beat d’un son de Dam16, mc du Pont de Sèvres pote de Booba

* pour plus de visibilités, nos joyeux lurons décident de tous balancer leurs sons le vendredi à 18h, ou le mercredi à 17h. Rendez-vous après les cours, j’te nique devant tout l’monde, etc.

* apparemment c’est le mot « pâte » qu’Ikbal ne digère pas dans le morceau AC Milan. Passé 37 ans, il est inadmissible d’en parler dans un morceau. Alain 2 l’ombre, lui, paraît s’en secouer les roustons.

* Le Bulgare fou revient avec une reprise d’AC Milan intitulée FC Sochaux sans qu’on sache bien où il veut en venir mais apparemment il aime pas grand monde le gars.

* Cyril Hanouna reçoit Booba puis La Fouine à quelques semaines d’intervalle et en profite pour se surpasser en sautillant, hurlant, s’applaudissant lui-même et multipliant les vannes à chier comme pour tester les limites des rappeurs qui n’ont pas bien l’air de capter ce qui se passe autour d’eux. Ah, on me dit dans l’oreillette qu’il est comme ça à toutes les émissions en fait. LA DROGUE EST BONNE.

* Zifou fait un morceau de pleureuse où il demande aux 3 rappeurs d’arrêter leur clash. L’intention est louable mais ça reste Zifou, donc c’est profondément à chier et ça rappellera fatalement ces scènes de série américaine des années 90 où la plus petite sœur de la famille supplie ses parents de ne pas divorcer entre 2 sanglots mélangés à de la morve, en témoignent certains commentaires attendris « ta gueule zifou », « zifou j’te baise », etc.

* Rohff réalise qu’en fait, AC Milan c’est de la merde, donc aux chiottes la customisation, la réponse ce sera dans PDRG et PDRG ce sera coming soon, sale rageux. A l’occasion d’une interview avec un mec qui a une voix chelou il révèle de savoureuses anecdotes comme sa haine d’à peu près tous les membres de la mafia k’1fry qui ont posé avec Booba sauf Kery James, et aussi la fois où il a jeté de l’eau sur la tête à Booba dans un bus, sans oublier quand il a fait irruption à un concert de Time Bomb sans chaussettes, bref des bons souvenirs.

* Booba et La Fouine continuent de se pincer mutuellement les fesses à coup de TLT. Cette fois Booba rappe (c’est un peu tard, feignasse) et La Fouine semble désormais coaché par Jamel Debbouze puisqu’il accumulera beaucoup de rires forcés et de vannes assez consternantes dont notamment le classique « c’est la bite de Booba ».

* Pour la St Valentin, Guizmo (il est tenace le gars, faut lui reconnaître ça) reprend l’instru du TLT de La Fouine, c’est à dire la face B de Hotel de Cassidy, m’enfin c’est pas le problème. Son interprétation du sigle : Tartine Les Toutes. #ExpertEnSéduction

* un illustre inconnu sort un bouquin pile au bon moment et explique qu’en gros, le rap en vrai c’est pas la bande originale de la révolution, c’est commercial, c’est caca. Merci Mathias, reviens quand tu veux on t’a gardé du gâteau et du jus.

* Ce moment extrêmement gênant où une chanteuse américaine has been entre dans la danse avec un niveau de français digne de la voisine péruvienne du 5e tout en expliquant qu’elle est plus vénère que Rohff.

* les vidéos de micro trottoir avec les sempiternelles questions « t’es plutôt rohff la fouine ou booba ? » « tu préfères quel clash ? »
nous rappellent surtout qu’à châtelet, y’a peut-être de la chatte  mais y’a aussi pas mal de gros thons.

*  à l’occasion d’un petit reportage sur la rivalité La Fouine/B2O, qui voit-on pointer le bout de son nez? et oui, c’est encore Guizmo (4’32) qui cette fois s’inquiète de l’influence de tout ça sur les plus jeunes. High Level dans le foutage de gueule mais on l’aime bien quand même ce ptit filou.

* Flairant l’opportunité, un dead buzz walking revient dans la partie. Après avoir été allumeur de mèche, Sefyu se fait allumeur tout court et promet un mystérieux son FDP en rapport avec le clash. Quelques jours plus tard il s’avère que c’est sans doute le plus mauvais son de toute sa carrière et qu’en plus ça n’a aucun foutu rapport avec quoique ce soit.
Comme Menzo en son temps, Sefyu ne lâche pas le steak et fait une interview vérité où tel un illuminé qui explique à qui veut l’entendre qu’il a été enlevé par les E.T, il dénonce la diabolique machination qui se cache derrière… les skyblogs. Alors c’est très bien, mais on est en 2013, et non seulement ça a déjà été dit mais en plus tout le monde s’en fout. Y’a aussi un moment où il parle de ses débuts « sur le terrain » en concert comme si c’était le Vietnam, bref on lui souhaite de se rétablir au plus vite et d’enlever l’implant que les extraterrestres ont probablement fixé sous sa casquette.

* La presse continue de
a) faire des titres toujours plus originaux sur le thème « quand le rap dérape »
b) faire du bilboquet sur les parties intimes de Booba sans jamais connaître le dixième de sa discographie, et il en profite, plus proche de lex luthor que de yoda définitivement.

* rohff revient sur un plateau télé, ce qui donnera des échanges fabuleux avec ariel wizman et la blonde dont j’ai jamais su le nom
j’assume tout ce que je dis dans le morceau
vous assumez de le traiter de zoulette ? Mais ça veut rien dire…
oui, non mais bon

* Sur les réseaux sociaux, des rappeurs jeunes/sans buzz/à succès d’estime tentent de s’amuser/déplorer/soutenir le clash, malheureusement ça se voit un peu trop qu’ils aimeraient être acteur et pas spectateur, un peu comme ton petit neveu qui découvre le porno.

* les groupies amnésiques de Booba font semblant de n’avoir jamais dit « il a trop raison de pas répondre il est au-dessus de ça » après avoir vu leur idole le dire lui-même juste avant la sortie de Futur
* les supporters contorsionnistes de Rohff se persuadent qu’il n’y a aucune contradiction à dire partout que les problèmes se règlent en face puis faire 2 morceaux clash tout en insultant via facebook pendant 3 mois
* les auditeurs malheureux de La Fouine ont de plus en plus de mal à convaincre leurs parents que c’est un mec sympa
* les fans de TLF… non c’était pour voir si vous suiviez.

* Les acrobaties d’Olivier Cachin et ses folichonnes nanalyses ne manquent pas à l’appel.
Notre cravate texane porteur explique donc que que c’est de la mise en scène, ça reste musical, qu’il y a pas de coup de feu comme aux states, enfin si, mais ça compte pas, par contre ça s’essouffle parce que TLT c’est nul à côté d’AC Milan et Autopsie 5. Pourquoi pas, c’est son opinion et il la respecte. Manque de pot il dit aussi que ça ira jamais loin vu que les 3 ont trop à perdre. Une baston plus tard et suite aux menaces explicites de Rohff, il t’expliquera donc exactement l’inverse. Sacré Olivier, tu le baiseras pas comme ça.

* malgré un fantasme totalement malsain mais que votre humble serviteur partage également à savoir « putain ce serait encore plus marrant si Kaaris pouvait s’en mêler », celui-ci garde la tête froide et se contente d’enculer sobrement Brandon et Dylan

* Tonton Marcel devient complètement cinglé (dans le sens : encore pire qu’avant). Essuyant de plus en plus de recalage de la part des rappeurs, notre reporter-du-ter-ter-hiphop-la famille-un-peu-tout-ça-tout a la révélation : il doit sauver le rap. Comment on y a pas pensé plus tôt putain.
d’abord il enfile son costume de justicier pour expliquer à booba que ce qu’il a fait c’est pas bien
ensuite retour à la base : la fameuse interview de La Fouine promise depuis des jours s’avère être une simple vidéo sans queue ni tête au Régine pour la release party du LP de la fouine, avec une pub pour l’album qui occupe les ¾ de l’écran.
Nouvelle lubie : Marcel veut chroniquer des albums, ce qui lui vaudra ce commentaire d’un fan « donc maintenant Marcel veut pomper le concept de Vantard. Faut être au bout du rouleau pour pomper un truc aussi nul » Bien sûr aucun album ne sera chroniqué et tonton marcel remet sa cape pour empêcher les morts dans le rap français.
Enfin, la boucle est bouclée : après avoir passé 6 ans à commencer toutes ses interviews en filmant les chaussures des gens, Tonton Marcel peut enfin s’en offrir : CONSECRATION.

* Notre bon vieux Mathias en vient logiquement à clasher Cachin (c’est marrant à dire à voix haute ça, « clasher cachin », essaie de le faire chez toi), pourtant le seul à s’être publiquement planté comme lui sur le fameux « non mais ils vont jamais se taper dessus ». Faites vous une bise les mecs et on en parle plus.

* Booba lâche la vidéo d’une « bagarre », secondé par la Fouine qui lâche la même vidéo avec une scène inédite et la musique de Benny Hill, mais au lieu de regarder les 2 vous pouvez directement télécharger un film de Laurel et Hardy.

* morsay vit toujours très mal le fait de ne pas participer à la balle au prisonnier avec les grands et tente une énième fois de s’incruster

* Suite à la baston Rohff se devait de réagir, faudrait pas non plus qu’on croit que quand il frotte ses couilles contre un mur ça ne fait plus d’étincelles. Et là sa dernière interview c’est un perfect, t’as à la fois le côté pelle et le côté wesh zoulette, une imitation de tony montana, une reprise du théorème du Roi Heenok sur les boucles d’oreilles de marin pédé, une phase magique « je porte pas de bling bling mais téma ma montre elle vaut super cher », bref, du grand Rohff. C’est dans ces moments qu’on se dit que Booba au lieu de l’affronter directement, préfère jouer au toreador avec lui, qu’il le titille à distance pour lui faire péter les plombs, mais attention, tout jeu comporte son lot de risques.

sinon peu de chose à dire sur son couplet de clash à part qu’il remet Mala dans le truc, par contre à un moment il fait rimer patata et ta tata, personnellement je regrette qu’il ait pas détourné le gimmick de l’ourson, ça aurait donné « la chatte à ta tata » et ça c’est rigolo à entendre (essaie de le faire chez toi).

* Le photocopillage tue le livre mais fait vivre le rap, MacTyer sort le morceau MDF, prouvant que décidément la mode des titres à initiales de 3 lettres est lancée. Joke le suit avec PLM et Lil Thug qui n’a encore rien compris lâche dans la foulée CDFDP mais il nous dédicace dedans alors on lui pardonne.

* blavoguerie ultime, Mala déboule et à sa façon bien à lui, attaque La Fouine. Chose plus qu’inespérée à bien des niveaux, puisque Mala qui clash, c’est une porte ouverte sur une dimension parallèle démoniaque (j’aime bien la similitude avec Suge Knight qui dans sa glorieuse époque offrait une récompense à celui qui lui ramènerait les veuch de Snoop, stylé) le dernier « ON TE SAUCISSONNERA » avec l’écho c’est vraiment le méchant du flashback de film d’horreur qui te montre du doigt en hurlant après avoir bouffé tes parents avec passion.

* Shay aussi, sans doute qu’elle pense encore qu’elle a un avenir dans le 92i la pauvre, et à la limite que ce soit elle ou ce bon vieux Dje, on regrette presque qu’ils ne soient plus trop dans l’équipe du Météore, parce que franchement imaginez ce que ça donnerait un clash de l’un ou de l’autre : de quoi faire bugger rap genius pour un an.

Dans le même genre y’a aussi Green qui a lâché un tweet avant de se rétracter, et heureusement, sinon j’aurais été forcé de dire qu’il est en quelque sorte le Shay de La Fouine, et ça c’est un peu crado.

Bref, autant d’éléments qui font que parfois les têtes d’affiche du rap français touchent les étoiles, à défaut de faire des bons morceaux.

Parce qu’on attend, on attend la fin du clash, puis y’a une pause et on constate que Maître Gims  a achevé sa mutation finale et est devenu la fusion ultime de Kanye West et Nicki Minaj, que Iam se plaint que les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas par cœur le nom des légumes, que C2C a gagné 4 victoires de la musique et que des saloperies de pigeons ont à nouveau chié sur mon rebord de fenêtre alors que je pensais avoir réglé le problème y’a des mois. Et là on se rend compte que le clash c’était nul mais quand même mieux.

Classé dans clashico

Tagué 0.9, 2pac, 6 coups mc, 92, 92i, 94, alain 2 l'ombre, Alain De L'Ombre, autopsie 5, à la denzel, élie vs housni, élie yaffa, banlieue sale, beef, bip bip et le coyote, booba, capitale du crime, carton rose, chicha dans ton cul, chicha toute la nuit, clash, classico, code de l'horreur, Dailymotion, diss, Facebook, foolek empire, Fouiny Babe, fouiny story, futur, gab'1, GISELE, Green, groupie, hauts de seine, hicham et toumani sont témoins, Hous, housni, ikbal, ikbal green, Ikbal Vockal, interview de Rohff, Izi, J't'emmerde, kery james, la fouine, la hass, la plume et le poignard, La pouta ta madré, laurent bouneau, Le lion a la cla cla classe dans la jungle, Le lion est le padre de la jungle, le padre du rap game, LEAVE GISELE ALONE, les couloirs de skyrock, lunatic, mactyer, mafia k'1fry

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *